dimanche 6 août 2017

SOClim et l'océanographie



" Toujours plus loin vers le sud, petit à petit l'Océan Austral lève le voile sur ses richesses et ses mystères "

SOClim (Southern Ocean & Climate) est une campagne océanographique menée à bord du Marion Dufresne dont l’objectif est de collecter des données sur l’Océan Austral dans le contexte du changement climantique (http://soclim.com/).

Les données sont collectées grâce à des mouillages. Ceux-ci permettent de maintenir les instruments de mesure à un point géographique précis dans l’océan et à des profondeurs fixes le long d’un câble. Les mouillages sont ancrés sur le fond de l’océan par des poids. Une bouée surmonte le dispositif pour permettre de récupérer l’ensemble lors du largage des poids.
Lors de cette OP, une des missions du Marion Dufresne était de récupérer 3 mouillages mis en place en octobre 2016 au niveau du 50ième hurlant au sud-ouest du plateau continental des Kerguelen.

Fluffy a passé le 50ième hurlant ! © Julie TUCOULET
Récupération d’un mouillage par l’équipage de la CMA CGM du Marion Dufresne II
Cette zone, lors du printemps et de l’été austral, est riche en phytoplancton (algues microscopiques). L’intérêt ? Ces algues sont des pièges naturels en carbone. Nous savons qu’il y a beaucoup de carbone en surface et nous voulons savoir combien de carbone est présent dans le fond, transporté par ce phytoplancton. Des pièges étaient présents à 40 et à 300 mètres de profondeur et ont permis de prélever régulièrement de l’eau entre octobre et mars afin d’analyser son contenu par la suite. D’autres capteurs permettaient d’enregistrer la température de l’eau, la salinité, la fluorescence émise par le phytoplancton et la concentration en oxygène et en dioxyde de carbone dissout.

Le projet SOClim représenté sur le Marion Dufresne par Ingrid (écologie microbienne), Stéphane (chef de projet et chimiste), Olivier (chimiste) et Xavier (électronicien). A gauche, les grands tubes blancs sont les collecteurs et à droite, la bouée et la cage métallique permettant au matériel scientifique de résister à 6 mois d’immersion sous les 50ièmes hurlants.
PC scientifique = partie mission océanographique du Marion Dufresne II